19540728 Donald Van der Meulen aan Matthijs Vermeulen

Donald Van der Meulen

aan

Matthijs Vermeulen

 

Parijs, 28 juli 1954

 

Paris le 28 Juillet 1954.

Cher Miaw

Chère Théa,

Chère Odile,

C'est maintenant seulement que je vous écris! Où êtes-vous? en vacances? Peut-on vivre aussi isolé que je le fais? depuis que je travaille dans cette usine chez Simca, vous l'ai-je seulement dit? je ne vois plus passer le temps, il file à une telle allure! J'ai pourtant dit déjà certainement cent fois: il faut que "j'écrive à Thys" et puis les mois ont passé.

Tant pis! je t'annonce quand même mon arrivée prochaine en Hollande. Pour les vacances seulement. Je sais ça ne se fait pas une semaine à l'avance mais j'ai été pris de court. Tu peux parler de l'abrutissement du travail à la chaîne, il en est cause. Oui, Miaw, la maison ferme du 6 au 30 août et nous désirons visiter la Hollande, ce devait être le voyage de noces mais Janine et moi nous nous marions en septembre le 9 à la suite de formalités encore non réglées. Cependant à la suite des vœux touchants que tu as formés, que tous deux vous avez formés, pour nous, à la suite de ta proposition si joyeusement accueillie bien qu'on ne l'ait pas montré, de venir cet été faire connaissance j'ai toujours eu le désir de te faire une visite de "présentation" avant le mariage. J'espère de tout mon cœur que cela sera possible sans te déranger surtout, nous avons prévu tout pour que ce passage ne vous cause pas les ennuis du logement par exemple, dont tu m'as parlé Miaw.

Ce que nous voudrions seulement c'est pouvoir passer quelques heures ensemble où vous voudrez, même si vous n'êtes pas à Amsterdam. Je me doute bien que ce projet arrive pour vous trop soudainement, mais comme nous voulons parcourir la Hollande dites-nous entre le 8 et le 22 Août quel jour pourrait convenir au rapprochement que je souhaite de tout cœur pouvoir faire le plus tôt possible.

Miaw, je t'embrasse bien fort et espère que tu ne m'en voudras pas.

Avec de bons baisers pour Théa et Odile et vous souhaitant tous en bonne santé, j'attends de vos nouvelles

Donald –