19450116 Matthijs Vermeulen aan Donald Van der Meulen

Matthijs Vermeulen

aan

Donald Van der Meulen

Louveciennes, 16 januari 1945

Louveciennes (S et O)

2 Rue de l'Etang

le 16 janvier 1945

Mon cher et brave Donald,

Magnifique, grandiose, prodigieux! Voilà de la belle sorcellerie. Et la représentation magique s'est faite en deux séances, dont l'une avait autant de succès que l'autre. D'abord le matin avec le paquet où il y avait les biscuits. Ensuite le soir, à la lueur d'une chandelle, car on nous faisait jouir encore d'une panne d'électricité, avec le paquet où se trouvaient toutes ces petites boîtes. Quelle joie, quel plaisir. Voilà du réalisme, du positif, du superbe, de l'admirable. Je voudrais bien t'embrasser pour cela. Autrefois quand je revenais chargé de Paris et tu venais à ma rencontre et on déballait sur la table, ou le jour qu'on achetait ta première bicyclette et que tu faisais ton premier tour dans la Salle des Pas Perdus, tu ne peux pas avoir été plus content que moi. Figure-toi que le matin j'avais justement englouti mon dernier petit bout de panne, pas d'électricité mais de cochon. Alors tu vois comme tout arrive à temps. J'aurais seulement voulu que Fofo fût encore là pour être joyeux ensemble. Je pense qu'elle a souri lumineusement là-bas, car rien ne pouvait la réjouir autant que de te voir venir à mon aide. C'était certainement son plus grand désir.

Merci donc, merci. Et passons à l'ordre du jour; après ma lettre de samedi il n'y a pas de nouvelles sauf les tiennes et sauf que Quito est rentré dans ses pénates. Il était assez fatigué, mais très beau, assez content et ronronneur. En ce moment il couche dans mon fauteuil enroulé comme un escargot dans sa coquille. Il a passé la nuit à l'aventure, car quinze degrés ne l'empêchent pas d'être amoureux. Il y a toujours de la neige et le robinet coule toujours.

Pour l'avenir: Anny a causé hier soir avec Mme Albanque. Il paraît qu'Albanque a déjà envoyé plusieurs colis qui se sont perdus en route. Elle dit aussi qu'il a expédié par la poste jusqu'à un poids de 3 kilos. Nous avons eu de la veine cette fois, c'est sûr. L'auto venait de St-Germain et ton paquet en cours de route a été déposé chez Auvray père, où ton camarade Albanque qui savait, par hasard je crois, que ton colis était dans l'auto, est aller [sic] le chercher. Ton colis n'est donc pas allé (heureusement) jusqu'à Paris. Anny te demande de lui indiquer exactement l'adresse du Boulevard Magenta. Pour le téléphone de Louveciennes il faut pas trop y compter; Anny dit qu'il vaut mieux, ou qu'elle aime mieux, que tu lui écrives qu'il y a quelque chose, pour y aller toute suite. J'espère que c'est assez clair ce que je te raconte. J'essaie de faire cette partie de ma rédaction pendant que ta chérie et Aline sont en train de jaser comme des pies autour de mes oreilles. Tu verras toi-même comment te débrouiller.

Hier j'ai fait parvenir mon questionnaire de l'Office des Combattants, mutilés etc. à M. Palevski, qui va s'en charger comme je te faisais savoir je crois. On va voir ce que cela donnera.

A la prochaine; merci encore, merci. Je t'embrasse bien fort en espérant te voir venir en mission!

Ton père

Thys

Anny t'a écrit hier, lundi.

Veux-tu, chaque fois qu'il t'arrive un mot de moi, me dire que tu l'as reçu, en m'indiquant la date? Comme ça je saurai à quoi m'en tenir.

Encore une fois je t'embrasse.

Verblijfplaats: Amsterdam, Bijzondere Collecties UvA