19440522 Anny Vermeulen-van Hengst aan Donald Van der Meulen

Anny Vermeulen-van Hengst

aan

Donald Van der Meulen

Louveciennes, 22 mei 1944

le 22 mai. 1944.

Mon chéri, ce matin aussi avalanche de lettres ici. Elles étaient toutes restées dans la fente d'où je les retirai! De toi 3, de Josquin celle ci-dessus et pour Anny encore une de Sésime qui la demande comme marraine d'une petite fille éventuelle!! Cette nuit Theys a rêvé de Josquin qu'il n'était plus à Lerida. Je n'avais écrit qu'une carte, le 29 avril. Aline a écrit trois lettres. Il doit donc bien avoir reçu une de celles avant son départ. Espérons que les autres vont lui être envoyées à sa nouvelle adresse s'il a pu la donner. Merci de tes bonnes lettres et voici ton papier de retour. Tu avais donc le plus grand nombre de sacs! Tu pourrais sûrement revenir au four si tu le demandais, du moment que tu sais pourquoi on t'avait mis à la concasserie. Bien sûr, que tu seras mieux là qu'ici. Ne pense plus du tout à un voyage, chéri, j'en fais une demande très soulignée. Chez Branges c'est plein, chez Demanche, chez Leboeuf, encore autre part,... Alors tu fumeras la pipe! Mais je pense que l'appareil à cigarette te servira quand-même? – Je n'ai pas encore été à La Celle St Cloud, trop peu de forces aussi pour une promenade agréable d'ordinaire. Je crois que le foie me travaille un peu. Le matin en réveillant je suis fatiguée comme tout. Mais ça se remontera! – Tu sais, les cloportes qui sortent des bûches pendant que Theys les scie sont une friandise pour Poupoule qui les avale gloutonnement. Trou d'enfer n'avait pas de blé. – Si je peux te faire encore un paquet j'y mettrai au fond un livre comme cette revue. Je n'ai pas encore acheté d'autres. J'aime après tout mieux te donner cet argent ou des victuailles et envoyer des livres d'ici que tu n'as pas lus. Alors vieux, courage! tiens-toi bien. As-tu écrit à Roland? Ne l'oublie pas! Le pauvre. Bonjour d'Aline et de nous bons baisers sur ta tête de diable noir! Fofo

[dit schrijven van Anny begint met een afschrift van de brief die Josquin aan zijn familie op 26 april 1944 had gestuurd en die ze juist op die dag, 22 mei, had ontvangen]

Verblijfplaats: Amsterdam, Bijzondere Collecties UvA