19260726 Nadia Boulanger aan Matthijs Vermeulen

Nadia Boulanger

aan

Matthijs Vermeulen

Gargenville, 27 juli 1926

[plaats en datum poststempel:] Gargenville 26-7 26

Cher Ami,

Je n'ai rien reçu de vous − et j'en suis doublement ennuyée, car le même fait s'est reproduit 3 fois depuis que j'ai quitté Paris! Je ne comprends pas très bien de quoi il s'agit, puisque, en ce moment les Comités de la Nationale et de la S.M.I. ne se réunissent pas − mais dites-moi si vraiment il faut prendre une décision maintenant. Je crains que ce ne soit impossible les dates des concerts n'étant pas fixées − je pense que nous pourrons fixer cela dès la rentrée. Je n'ose dire que je le souhaite plus que vous... et pourtant, jusqu'à un certain point, je le crois!

Que devenez-vous? Comment s'arrange la vie? Et votre femme, les enfants? Si je ne menais une vie sans liberté aucune j'irais vers vous, sûre d'être très accueillie − Et cela me ferait tant de bien, bavarder à cœur ouvert, échanger des idées − et oublier pour un instant ce que les circonstances nous imposent à tous. J'aurais honte de me plaindre, alors qu'après tout mon sacrifice et mon effort est si facile à côté du vôtre − mais on est soi-même et la pensée qu'on a pour les autres, ne diminue pas la fatigue!

Souvent nous parlons de vous avec quelques amis qui vous admirent − je ne vous en parle pas, parce que cela ne peut rien signifier pour vous − du moins veux-je vous remercier de toutes les joies si hautes que je vous dois et qui s'accumulent − Ne pas payer une telle dette me cause un peu de révolte − Que faire? On est impuissant parfois − et sans doute, on en est responsable. Mais − − −

Croyez, Cher Ami, à ma bien fidèle pensée d'affection et d'admiration

Nadia Boulanger

Verblijfplaats: Amsterdam, Bijzondere Collecties UvA